Martial MUTTE

Home / Martial MUTTE

Martial MUTTE

Portrait_Martial-Mutte
Le Chancelier Martial Mutte à PARIS
Martial Mutte visite au Vatican
Martial MUTTE
Martial MUTTE
Martial Mutte specialiste en securite pose avec des Militaires
Martial Mutte en visite à Bangui
Martial-Mutte_Pédiatrie-Bangui
Martial-Mutte_CasqueBleu-ONU

Chancelier Princier de l’Etat-nation de la Principauté de Seborga

Possédant une expérience de plus de 20 ans dans le domaine de la sécurité militaire et civile, Martial MUTTE est un homme de principes et d’action, reconnu pour son pragmatisme, ses convictions fortes, et sa fidélité absolue à l’histoire de ses origines familiales. Né en 1974, il est le frère cadet de Nicolas 1er, Prince de l’Etat-nation de la Principauté de Seborga, dont il est le Chancelier Princier. 

Une légitimité historique 

Martial Mutte jouit d’une appartenance familiale très forte, qui remonte à Napoléon III. En effet, le Chancelier Princier de l’Etat-nation de la Principauté de Seborga est issu de la famille d’Alexandre Joseph Consil, qui fut Aide de camp et Tambour major de la Garde Impériale de Napoléon III et de la Famille Sauvage. Cette dernière avait un aïeul, François Sauvage, Colonel, commandant la forteresse de Mantoue en Italie sous Napoléon 1er, fait tour à tour Chevalier de la Couronne de Fer italienne, Chevalier de la Légion italique et Chevalier de la Légion d’Honneur. C’est cette lignée dans l’histoire qui mènera Martial Mutte à faire des recherches d’archives sur ses ancêtres. Aujourd’hui, il se mobilise totalement pour recouvrer l’e-Principauté de Seborga, historiquement dévolu à sa famille. 

Le dévouement sans failles d’un homme de terrain engagé 

Tout à son honneur, Martial Mutte est autodidacte. Un autodidacte qui fera le choix d’effectuer une préparation militaire parachutiste à la caserne du Fort de Vincennes, près de Paris, ce qui marquera, à l’époque, le début de sa carrière professionnelle en 1990. Il sortira de sa promotion d’engagés volontaires dans l’Armée de Terre avec mention. Cela lui permettra de servir sous le drapeau tricolore en qualité d’instructeur parachutiste. A l’âge de 18 ans, il intégrera le 1er régiment de hussards parachutistes de Tarbes, un corps d’élite. 

Six ans après le début de sa carrière professionnelle, en 1996 précisément, Martial Mutte rejoindra le secteur privé, toujours dans le domaine de la sécurité. Il sera ainsi au service de personnalités de grandes entreprises françaises, aussi bien sur le territoire national qu’étranger. C’est lui qui accompagnera Pierre GIRAUDET, le Président d’Air France et administrateur de la Société Urbaine d’Air Comprimé (SUDAC) à Paris de l’époque. 

Continuant sur sa lancée dans le domaine de l’action aux services de la sécurité des biens et des personnes, il deviendra, à partir de 2003, l’un des membres de la sécurité du Casino de Trouville-sur-Mer. Il fera ensuite partie de l’équipe de la Police municipale de la ville de Deauville. 

Une expérience née du voyage 

Au-delà de sa vie professionnelle, Martial Mutte exprimera le souhait de partir à la découverte du monde pour parfaire son expérience. Il ira donc à la rencontre des peuples, à travers de longs séjours au Canada, aux Etats-Unis, et en Amérique latine. Ses voyages le conduiront également à quelques pays européens, mais aussi africains anglophones et francophones. Toujours dans le cadre de sa volonté d’apprendre au contact des populations souvent mineures et reculées, Martial Mutte n’hésitera pas à s’imprégner de leurs modes de vie. Il découvrira des populations souvent défavorisées, mais toujours en quête de reconnaissance, ce qui n’a pas manqué de faire écho aux valeurs qui sont les siennes.

L’État-nation de la Principauté de Seborga : le grand défi de Martial Mutte

A partir de 2016, Martial Mutte décidera, avec son frère Nicolas Mutte, de se lancer, méthodiquement, patiemment, dans la résurgence de la Principauté de Seborga. Cette décision se fera à la suite d’un apprentissage poussé de l’histoire familiale, qui a résulté en une conviction totale de sa destinée au travers de vérités historiques et juridiques. S’appuyant sur les nouvelles technologies, et bravant, avec ténacité, les nombreux obstacles souvent très rudes, il participera activement à la construction d’un Etat du monde de demain : une « Digital Nation ». Le résultat est qu’aujourd’hui, l’Etat-nation de la Principauté de Seborga est sur le point d’être reconnu, et avoir droit d’existence, avec le soutien de plusieurs pays et de plusieurs institutions internationales telles que l’Organisation des Nations unies (ONU).

Leave a Reply

Your email address will not be published.